Aller au contenu principal

Propositions pour une écologie positive !

L’humanité consomme trois planètes. Nous épuisons la terre. Et nous ne pouvons plus le nier.

Beaucoup de Français ont déjà eu le déclic. D’autres restent à convaincre. Bref, nous sommes entrés dans le temps de la prise de conscience écologique.

Pourtant, l’écologie politique représentée par Eva Joly, à disparu du paysage ou s’est vendue dans des manœuvres politiciennes. Ceux qui prônaient « la politique autrement » ont finit par la jouer IIIeme République.

Adieu l’écologie punitive !

Les Français en ont assez de cette l’écologie politique, parce qu’elle ne sait qu’être punitive et restrictive.

Le monde que nous promettent ces gens là est un monde terrible : pollutions, pénuries, catastrophes, crashs, crises…

Leur vert est glauque, quand il devrait incarner l’espoir.

Cette écologie faite de contestation permanente, prônant la décroissance et la sortie forcée du nucléaire, en plein déni de la réalité, est restée incomprise des Français.

Car ils savent que, demain, l’action environnementale sera le premier gisement d’emplois et la première source de croissance !

Car, les Steve Jobs du 21ème siècle n’imagineront pas des ordinateurs, mais de nouvelles technologies environnementales.

Mais il ne s’agit pas seulement de développer le business vert : la priorité doit rester la recherche meilleure qualité de vie.

Non à l’écologie politicienne.

Dans ces campagnes présidentielles et législatives, les Verts ont renoué avec les pires manœuvres politiciennes de la fin du 19ème siècle.

EELV devait donner un nouveau visage aux partis politiques : une « coopérative d’idées » disaient-ils. À la fois ouvert et militant, diverse et uni. Quelle blague !

EELV n’a donné à voir que le spectacle désolant d’une guerre d’égos et d’ambitions. Pourquoi négocier des circonscriptions tout en se lançant dans la présidentielle ?

Je n’aurais pas aimé être là quand se décidaient de telles stratégies… entre les vieux briscards et les jeunes loups.

Vive l’écologie du quotidien !

« Là où croit le péril croit aussi ce qui sauve ». Toute notre époque tient dans ce vers de Hölderlin.

Face aux crises financières et sociales, la crise environnementale est passée au second plan.

Mais cette vision à court terme est une erreur.

Les décideurs politiques de demain doivent être autant visionnaires qu’acteurs du quotidien.

Beaucoup croient que leur rôle est d’inventer le futur. Ces technocrates se trompent.

Leur rôle est de soutenir la société civile, les créateurs et les entrepreneurs, dans le développement du monde à venir : l’économie sociale, le micro-crédit, l’artisanat solidaire, l’agriculture biologique, les constructions à énergie positive, l’écomobilité, et j’en oublie…

Le rôle du politique n’est pas de rêver ou faire rêver, mais d’agir au quotidien. Ce n’est pas d’imposer, mais d’inciter et, surtout, de protéger les chercheurs, les innovateurs, souvent seuls et faibles, face à des groupes dominants qui refusent le changement.

Publicités
Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :